header banner
Default

Investing com a publié un article intitulé "Le dollar en danger de mort : pourquoi le monde a tort de ne pas y croire"


Investing.com - Le sujet d’un possible effondrement cataclysmique du Dollar américain et d’une perte de son statut de réserve mondiale inquiètent de nombreux économistes, mais le consensus reste que ce scénario reste peu probable.

Cependant, il ne faut pas oublier que les inquiétudes à propos du Dollar reposent sur un fait très concret : Les États-Unis sont, de très loin, le pays le plus endetté au monde.

Le pays le plus endetté au monde

Avec une dette totale qui dépasse désormais les 33.500 milliards de dollars, les États-Unis sont en effet plus endettés que la Chine, le Japon et l’Allemagne (à la 2ème, 3ème et 4ème positions des pays les plus endettés au monde) cumulés.

Cependant, malgré quelques gros titres alarmistes, les investisseurs semblent croire que cette situation n’est pas un problème, et que le gouvernement américain peut emprunter et dépenser indéfiniment, partant du principe que ce qui n'a pas causé de problème jusqu'à présent n’en causera pas à l’avenir.

La réaction des marchés au récent épisode qui a débouché sur un évitement in-extremis d’un “shutdown” du gouvernement américain est un bon exemple. Les investisseurs se sont en effet contentés d’un accord temporaire sur les dépenses pour se rassurer, ignorant pour l’instant que si le Congrès ne parvient pas à trouver une solution d'ici au 17 novembre, le gouvernement de nouveau face à un risque de shutdown, et peut-être sans issue possible cette fois.

Daniel Lacalle dans un récent article publié par Mises Wire, a évoqué cette situation, en estimant que "le discours semble être que les gouvernements et le secteur public ne devraient jamais avoir à prendre des décisions budgétaires responsables, et que les dépenses doivent continuer indéfiniment".

Cependant, il est indéniable que la situation budgétaire du gouvernement américain est intenable, alors que l’administation Biden a ajouté plus de 500 milliards de dollars à la dette du pays rien que sur le mois d’août.

Aucune volonté de réduire les dépenses

Le pays est en effet confronté à une avalanche de facteurs adverses, tels qu’une dette galopante, des déficits massifs et une baisse des recettes fédérales.

Lacalle a résumé la situation de la manière suivante :

“Le problème aux États-Unis n'est pas la fermeture du gouvernement, mais les dépenses déficitaires irresponsables et irréfléchies que les administrations continuent d'imposer quelles que soient les conditions économiques".

Or, il ne semble y avoir aucune volonté politique de réduire substantiellement les dépenses, alors que le pays, en plus de ses dépenses internes, participe à l’effort de guerre en Ukraine, et participera sans doute à l’effort de guerre en Israel.

Lacalle a d’ailleurs relevé que “selon les propres projections de l'administration Biden, le déficit cumulé entre 2023 et 2032 s'élèverait à plus de 14 000 milliards de dollars américains, en supposant qu'il n'y ait pas de récession ou de baisse de l'emploi”.

Il a par ailleurs relevé que sur le seul mois d’août 2023, “le maintien de la dette coûtera 808 milliards de dollars, soit 15 % des dépenses fédérales totales, selon le Trésor américain”, face à des “taux d'intérêt (qui) augmentent en même temps que le gouvernement rejette toute contrainte budgétaire”, ce qu’il a qualifié de “bombe à retardement monétaire".

Et quel que soit le contexte économique, la situation devrait continuer à empirer, sachant que lorsque l'économie est en croissance et qu'il y a presque plein emploi, les gouvernements annoncent plus de dépenses parce que c'est "le moment d'emprunter", comme l'a écrit Krugman, tout en dépensant encore plus pour sauver l'économie lorsque le contexte est négatif.

Le statut de monnaie de réserve, et potentiellement la survie du Dollar sont en jeu

Cependant, peu importe la force avec laquelle certains économistes lancent l'avertissement, le courant dominant continue d’ignorer la dette croissante et les déficits qui ne cessent de se creuser.

Or, Lacalle a souligné que si ce château de cartes tient toujours debout, c’est parce que le statut du dollar en tant que monnaie de réserve mondiale permet au gouvernement américain de s'en tirer à bon compte, ce qui donne aux Américains un faux sentiment de sécurité.

Mais ces derniers mois ont montré que de nombreux pays, y compris la Chine, se débarrassent plus ou moins massivement de leurs avoirs en dollars US, y compris en bons du Trésor. De plus, on a pu observer au cours de l’année une forte progression de la volonté des BRICS de s’affranchir de la domination du Dollar.

En d’autres termes, la confiance qui donne son statut de supériorité au dollar ne semble plus tenir qu’à un fil. Or, lorsque la confiance dans la monnaie s'effondre, l'impact est soudain et insurmontable, comme l’ont montré plusieurs cas au cours de l’Histoire…

Sources


Article information

Author: Kimberly Fry

Last Updated: 1704402482

Views: 1073

Rating: 3.9 / 5 (112 voted)

Reviews: 98% of readers found this page helpful

Author information

Name: Kimberly Fry

Birthday: 1986-02-24

Address: 04578 Laura Via Apt. 289, Brendashire, CT 51292

Phone: +3958680428502320

Job: Phlebotomist

Hobby: Painting, Camping, Badminton, Robotics, Crochet, Poker, Bird Watching

Introduction: My name is Kimberly Fry, I am a spirited, bold, rich, valuable, unguarded, frank, venturesome person who loves writing and wants to share my knowledge and understanding with you.